Le corps d’un jeune d’origine comorien retrouvé sur une plage à Marseille.

Les baigneurs affluaient et où le soleil dardait ses rayons ses plus estivaux. Près de la base nautique, une nouvelle dramatique était en train de se répandre : un homme était mort et son cadavre venait d’être repêché, vers 11 h, hors de la zone de baignade. Depuis la route, un homme, juché sur son vélo, avait tout observé : le Zodiac qui s’en va prestement avec un sauveteur, puis qui revient avec trois hommes à bord. À l’intérieur, une couverture de survie semblait dissimuler quelque chose, vers midi. Elle masquait en fait le corps de la victime, un homme de 23 ans, d’origine comorienne, demeurant dans le 13e arrondissement.




La victime serait tombée à l’eau habillée

D’après les premiers éléments de l’enquête, confiée à la sûreté départementale, il semblerait que la famille ait partagé samedi soir un barbecue sur les hauteurs de Corbières. Vers 22 h, elle n’aurait plus vu le jeune garçon, aurait pensé qu’il avait fait une rencontre ou qu’il était rentré par ses propres moyens. Ce n’est qu’au matin qu’elle aurait compris qu’il avait réellement disparu.

Les enquêteurs privilégient la piste accidentelle. La victime aurait pu glisser sur les rochers et se retrouver inconsciente dans l’eau. Une grosse plaie au visage viendrait accréditer cette thèse, de même que le fait que la victime était entièrement habillée et portait des chaussures.

À l’appui de cette thèse, le petit sac qu’elle portait sur le dos et dans lequel les policiers ont trouvé quelques effets personnels.

L’autopsie aura lieu aujourd’hui

Aucune rixe ne leur a été signalée. La piste criminelle est pour l’heure écartée. Et ils ne croient pas à la thèse du suicide. Bien sûr, il faudra attendre les résultats de l’autopsie qui doit avoir lieu aujourd’hui pour savoir si des violences ont été relevées sur le corps. Ce sera difficile car il est possible que le cadavre ait été ballotté toute la nuit par les flots. En témoignent les érosions cutanées déjà constatées. Des prélèvements toxicologiques seront également effectués, afin de savoir si la victime avait absorbé de l’alcool peu de temps avant le drame.

Denis Trossero

Commenter

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *